L’indépendance de l’inspection du travail remise en cause

inspect_travail_200_133Jusqu’à ce jour, les inspecteurs du travail s’organisaient de façon indépendante autour des visites et des demandes des salariés reçus dans leurs permanence, ce qui leur permettait de rester près des salariés et d’intervenir à bon escient à leur demande, et notamment dans les CHSCT.

Le DGT et son ministre projettent désormais de supprimer cette proximité et cette liberté  d’accès dont bénéficiaient autant les salariés que les syndicalistes.

Le projet  ? Réorganiser l’inspection du travail en régimentant les inspecteurs en  « brigades », dont les objectifs seront fixés par la hiérarchie et qui devront travailler sur les dossiers et les consignes transmises par leur direction . Et non plus à partir des demandes des travailleurs.

 

Après l’asservissement de la médecine du travail aux objectifs de ses employeurs, après la loi SAPIN qui prévoit de déroger au  code du travail par  accord conventionnel , la dérégulation sociale du monde de l’entreprise se poursuit, avec la limitation des voies de prévention et de recours que représentait l’inspection du travail pour tous les salariés en souffrance.
On reconnaîtra au moins la logique de ce plan d’ensemble. Et pour cause : La direction de la DGT est dans les mêmes mains depuis… 2002.

 

Voir l’enquête de l’humanité sur « L’inspection du travail détournée de son sens »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *