Peut-on agir sur son travail – contre la souffrance au travail ?

COMPTE RENDU et EXPOSES du séminaire.

En partenariat avec le Conseil Régional de L’Ile de France, l’Observatoire a convié chcharlie-chaplin au travailercheurs, professionnels et militants à un séminaire de réflexion  sur « le pouvoir d’agir sur son travail, contre la souffrance au travail » :

Plus de 100 participants se sont retrouvés le Jeudi 28 Novembre 2013, au  CNRS,à Paris (17 °) , pour débattre des thèmes abordés lors du séminaire.

Pour favoriser les débats et échange d’expérience entre intervenants et participants, les exposés étaient organisés en quatre série de tables rondes :

  • “Le pouvoir d’agir” face à la souffrance au travail : réintroduire le collectif.
  • L’outillage légal et réglementaire à la disposition des travailleurs
  • Comment la souffrance au travail interroge le politique.
  • Pratique et regard croisés des professionnels

Exposés des Tables Rondes :

Table ronde : Réintroduire le collectif face à l’individualisation

  • L’entretien Individuel : une parodie d’évaluation ? Télécharger le compte rendu au format pdf
  • Les conseils d’atelier (power point) Télécharger le compte rendu au format pdf
  • Reconnaissance des maladies professionnelles et accidents du travail.Télécharger le compte rendu au format pdf

Table ronde : L’outillage légal et réglementaire à la disposition des travailleurs

  • Prise en compte juridique du harcèlement au travail Télécharger le compte rendu au format pdf
  • Rôle et prérogatives du pouvoir judiciaire Télécharger le compte rendu au format pdf

Table Ronde : Comment la souffrance au travail interroge le politiquePositionnement politique face à la souffrance au travail

  • Positionnement politique face à la souffrance au travail Télécharger le compte rendu au format pdf : regard des politiques sur la souffrance au travail
  • Peut-on parler de la souffrance au travail dans le débat politique ? Télécharger le compte rendu au format pdf : regard des politiques sur la souffrance au travail  

Table ronde : Pratique et regards croisés des professionnels

  • A la recherche de la créativité commune Télécharger le compte rendu au format pdf : regard des politiques sur la souffrance au travail : Pratiques et regards croisés des professionnels  
  • Pouvoir d’agir de l’expert et méthode d’enquête  Télécharger le compte rendu : Experts et méthodes d'enquête
  • La conférence “gesticulante” : une méthode pour retrouver du pouvoir d’agir Télécharger le compte rendu : Experts et méthodes d'enquête  

Analyse  et conclusions du colloque.

Le colloque, qui a fait le plein au maximum de capacité de la salle qui nous accueillait, a touché près de 110 participants, dont la mixité était remarquable :

On constate une grande diversité des participants selon tous les paramètres, qu’il s’agisse du genre (F/H), de l’âge, du métier ou du statut professionnel (chercheur, fonctionnaire, salarié, indépendant, intérimaire, étudiant, chômeur, retraité). Une majorité venait de l’Ile de France.

L’implication et la représentativité de ces acteurs dans la prévention est à souligner : Le colloque a attiré à la fois des spécialistes et des acteurs de terrain, des universitaires, des travailleurs, des représentants du Personnel syndiqués ou non. Plusieurs associations étaient représentées et un rapprochement entre une demi douzaine d’associations agissant sur ce domaine est envisagé.

Un énorme travail reste à faire, cependant, en matière de prévention des risques psychosociaux et en matière d’action sur l’organisation du travail.

Le colloque a montré en effet que même si les acteurs du monde du travail sont mieux sensibilisés, ont acquis à la fois une plus grande vigilance et une meilleure connaissance des mécanismes et enjeux de la souffrance au travail qu’il y a 5 ans, “Le pouvoir d’agir des salariés contre la souffrance au travail” est et reste soumis à la forte tension qui existe dans les rapports entre employeurs et employés, il reste soumis au lien de subordination ou d’obéissance auxquels ces derniers sont soumis.

Le travail de sensibilisation des acteurs mené pendant le colloque a trouvé un écho  favorable puisque les participants souhaitent que cette action soit poursuivie et envisagent par exemple d’utiliser les résultats de cette journée professionnellement, via les contacts pris et avec la consultation ultérieure du site Internet de l’Observatoire. La demande de donner encore plus de place et de temps aux débats et aux échanges nous permet d’envisager la poursuite de ce type d’action.

1 commentenatire pour “Peut-on agir sur son travail – contre la souffrance au travail ?

  1. C.S.
    21 février 2014 at 13 h 46 min

    Franchement comme compte rendu, c’est () minimum. Que penser de certains délires sur le développement personnel, où ce qui compte n’est pas la réalité de ce qu’on fait, mais la soumission de l’individu au groupe. De même, où on parle que l’intelligence collective amène la dissolution de l’individu au corps social. Bref où la différence est considérée comme une menace « doit être traitée en tant que telle. Il est vrai que dénoncer ce genre de délire revient à mettre en cause des scientifiques dit de science sociale. J’ai même lu des proses dans lesquelles « la confusion entre le corps de l’être et celui de l’activité est tout à fait légitime » et « ceux qui se suicident au travail, c’est qu’ils n’ont pas su transformer ce qui leur arrive en une analyse politique ». Ils n’ont pas su faire face, ils se suicident, inch allah!, ils avaient qu’à se débrouiller
    Ils n’ont pas su. Tant pis pour eux. Quel respect pour la mémoire de morts….()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *